https://www.crossculturalsolutions.org/wp-content/uploads/2017/11/1-6.jpg
diagnostics immobiliers colocation

La hausse des prix de l’immobilier au m² pousse de nombreux propriétaires à opter pour d’autres alternatives à la location. Dans ce sens, la colocation se présente comme une solution à la fois économique pour les locataires et rentable pour les propriétaires. Toutefois, faire le choix de privilégier cette option n’exempte pas le propriétaire de ses obligations les plus importantes. En effet, à l’instar d’une simple location, le propriétaire est tenu de réaliser les mêmes diagnostics avant de co-louer ses maisons. Voici les principaux diagnostics indispensables en colocation.

Le DPE  : diagnostic obligatoire pour une colocation

En tant que propriétaire, la mise en location ou en colocation de vos logements vous soumet à un certain nombre d’obligations. Concrètement, vous êtes tenus de fournir à vos locataires un DDT (Dossier de Diagnostic Technique) comportant plusieurs études de conformité. Aussi, parmi les diagnostics immobiliers en colocation, vous devez nécessairement intégrer un DPE.

Le DPE (Diagnostic de Performance Énergétique) est une étude de la qualité énergétique de votre bien immobilier. Il doit être réalisé par un professionnel accrédité qui, après analyse, inscrit son avis sur un document. En outre, selon le taux d’émission de gaz et la consommation énergétique, le logement est noté sur une échelle de A à G.

Ainsi, en mettant le DPE à la disposition de vos locataires, vous leur permettez d’avoir une idée sur l’efficacité énergétique du logement. De plus, si votre logement est classé A au regard du diagnostic, il attire davantage de locataires et sa valeur augmente sur le marché. En revanche, pour un logement classé G, vous devez plutôt y effectuer des rénovations énergétiques avant une quelconque mise en colocation.

Diagnostic immobilier indispensable pour tout bien d’avant 1949 : le CREP

Le DDT, comme précisé plus tôt, est un document regroupant l’ensemble des diagnostics techniques de votre bien immobilier. Dans ce sens, il est impératif qu’il contienne le Constat de Risque d’Exposition au Plomb (CREP) si le bien a été construit avant 1949. Ce document vous permet, dans un premier temps, de repérer les risques d’exposition au plomb au sein de votre résidence.

Concernant ce point, le rôle principal du CREP est surtout d’avertir vos locataires qu’ils pourraient ou non être exposés à du plomb. Notez que ce composé peut être très toxique pour les enfants, aussi, en cas de dégâts, vous pouvez être passible de poursuites judiciaires. Par ailleurs, la réalisation d’un CREP n’est obligatoire que si le permis de construire de votre logement a été délivré avant 1949.

En outre, comme tout diagnostic technique, le CREP doit également être réalisé par un expert. Dans l’éventualité où ce dernier détermine plus de 1mg de plomb par cm2 dans le logement, vous devrez y refaire des travaux.

L’ERP qui doit être présenté dès la visite du bien par les colocataires

Outre le DPE et le CREP, les biens immobiliers mis en colocation sont également sujets à d’autres diagnostics, réalisés sous certaines conditions. Pour un bien situé dans une zone exposée à des risques et pollutions de toute sorte, vous devez disposer d’un ERP. Ce dernier (défini comme un État des Risques et Pollutions) est requis lors d’occupation des zones présentant des risques sismiques, miniers, naturels, technologiques, etc.

Ainsi, la réalisation d’un ERP est un processus aussi bien utile avant l’acquisition de votre bien immobilier qu’avant sa mise en colocation. Pour savoir si le logement est potentiellement soumis à ces risques, pensez à visiter le site web de la Mairie. Faire appel à un professionnel ne serait donc pas nécessaire pour avoir les informations utiles pour vos résidents. Toutefois, notez que l’omission de l’ERP peut vous soumettre à des poursuites judiciaires. En effet, si les colocataires venaient à découvrir qu’ils résident dans une zone à risque, ces derniers peuvent porter plainte contre vous.

Diagnostics immobiliers requis pour colocation de logement de plus de 15 ans

En mettant en colocation un appartement de plus de 15 ans, assurez-vous d’avoir étudié l’état de l’installation d’électricité. de ce dernier. Ce diagnostic doit être complété au DDT et fourni à vos futurs résidents pour leur garantir la sécurité du réseau électrique du logement. L’importance de ce diagnostic s’explique par le fait qu’une installation électrique de plus de 15 ans a de fortes chances d’être défectueuse.

Dans la même logique, l’état de l’installation intérieure du gaz est aussi un diagnostic important. Si le réseau de gaz du bien immobilier date de plus de 15 ans, il peut être obsolète. En revanche, si des rénovations ont été réalisées pour ces installations, il y a moins de 6 ans, elles pourraient être intactes. Il convient néanmoins de faire appel à un professionnel pour un diagnostic afin de pouvoir présenter un certificat de conformité aux colocataires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 4 = 3

error: Content is protected !!