https://www.crossculturalsolutions.org/wp-content/uploads/2017/11/1-6.jpg
feng-shui-maison-architecture

Architecte, conseiller formateur en Feng-Shui et auteur du livre « La Maison-Miroir ou le feng-shui à l’occidentale », Luc Antoine revient sur la notion de Feng-Shui. Il nous explique comment ce principe peut être adapté à notre mode de pensée et de vie occidental et comment il peut nous aider à créer un intérieur qui nous ressemble vraiment.

Le feng-shui à l’occidentale

Le feng-shui à l’occidentale est une approche – inspirée du feng-shui traditionnel chinois – qui prend en compte l’énergie des lieux et qui apporte ainsi des clés originales à tous ceux qui veulent acheter, construire ou aménager leur lieu de vie (maison ou appartement). En voici quelques exemples.

L’énergie de l’environnement et de la construction

Pour prendre en compte l’énergie d’un lieu, il s’agit, dans un premier temps, d’observer les formes de l’environnement et de la construction ; pour ce faire, vous pouvez vous aider de la polarité qui fait référence aux fameux yin et yang.Vous vous rendrez compte, ainsi, qu’un relief élevé (colline ou montagne) présente une énergie dynamique, de par sa hauteur et sa verticalité ; alors qu’un relief plat (plaine ou vallée) présente une énergie plus faible, de par son aspect horizontal. Vous pourrez faire la même observation concernant une construction : un bâtiment haut (une tour de 15 étages, par exemple) montrera une énergie dynamique, alors qu’une construction basse, toute en longueur, montrera une énergie plus faible. Il vous faudra tenir compte de ces aspects dynamiques ou apaisants lorsque vous aménagerez votre maison.

L’intérieur de la maison

Dans un second temps, vous vous intéresserez à l’intérieur de votre maison pour déterminer comment se déplace l’énergie, une fois franchie la porte d’entrée : en effet, l’énergie ne doit circuler ni trop lentement ni trop rapidement, car c’est son état d’équilibre qui vous est bénéfique. A titre d’exemple, un long couloir rectiligne aura tendance à rendre l’énergie trop rapide (excès yang), ce qui pourra provoquer chez les habitants de l’hyperactivité, du stress, de la nervosité ; inversement, un couloir sombre et étroit, avec plusieurs changements de direction à angle droit, ralentira l’énergie et parfois même la bloquera (excès yin), ce qui pourra générer chez les habitants de la lourdeur, de l’inertie, voire de la dépression. Tout ceci pourra être rééquilibré, notamment, par les éléments de décoration !

Équilibrer l’énergie par la décoration

La décoration a, en effet, une influence importante sur l’énergie, particulièrement, à travers le mobilier et les couleurs. Les meubles, de par leur positionnement, leur forme et leurs dimensions, peuvent aider à canaliser l’énergie mais parfois ils font barrage ou encombrent l’espace ; vous pourrez donc, avec un peu d’expérience, jouer sur ces aspects pour débloquer l’énergie et la fluidifier. Pour ce qui est des couleurs, vous pourrez utiliser les tons chauds (rouge, orange, jaune) pour dynamiser l’énergie et les tons plus froids (bleu, violet) pour l’apaiser ; quant au vert, il est, par nature, équilibrant.

L’intimité

Si vous considérez les différentes pièces de votre maison, vous vous rendrez compte évidemment que vous ne pouvez pas aménager votre chambre de la même façon que votre bureau ou votre cuisine… c’est une question de bon sens ! Chaque pièce, de par sa destination, porte une certaine qualité et un certain degré d’intimité dont il vous faudra tenir compte pour vos choix d’aménagement. Si vous considérez votre entrée, par exemple, qui représente votre lien avec le monde extérieur et qui présente une intimité très faible (puisqu’elle se trouve à côté de la porte d’entrée), vous ne devrez pas l’aménager de façon trop « personnelle » : ce n’est pas l’endroit pour exposer vos photos de vacances sur la plage, par exemple ! A l’opposé, dans votre chambre qui représente l’intimité à son maximum, vous pourrez placer des objets ou des images qui sont importantes, ou sacrées, à vos yeux. Entre les deux se trouve votre cuisine qui est reliée, notamment, à la beauté : il ne faut pas la négliger et l’aménager de manière utilitaire ou à la façon d’un « laboratoire », comme c’est souvent le cas à notre époque ; au contraire, c’est l’occasion d’y mettre de belles images ou de beaux objets (œuvres d’art ou autres) que vous auriez plutôt tendance à réserver à votre séjour ou votre salon.

La Maison-Miroir

Au final, vous vous rendrez compte que la maison (ou l’appartement) dans laquelle vous avez choisi de vivre, vous montre un reflet de vous-même : elle vous aide à mieux vous connaître ! C’est, bien sûr, évident en ce qui concerne la décoration puisque c’est vous qui avez choisi les meubles, les objets, les rideaux… qui s’y trouvent. Mais c’est vrai également à d’autres niveaux : si vous vivez dans une maison relativement ouverte, cela montrera que vous êtes plutôt quelqu’un d’ouvert ; si vous vivez dans une maison davantage fermée, cela montrera une certaine fermeture… Tout ceci n’est pas péjoratif : ouvert et fermé ne sont que des facettes du yin et du yang ! Ce « miroir » vous invite simplement à voir certains aspects de vous que vous pouvez transformer pour vivre de façon plus équilibrée et harmonieuse. Cette connaissance de vous-même que vous apporte votre lieu de vie est très précieuse… notamment, si vous voulez construire votre maison ; en effet, cela vous montrera très précisément quels sont vos vrais besoins : cela vous permettra d’arrêter de courir après un tas de désirs superficiels qui, de toute façon, ne vous combleront jamais ! C’est également le cas si vous voulez acheter un bien ou faire des transformations : les observations que vous réaliserez, grâce au feng-shui, vous permettront de savoir si le lieu que vous envisagez d’acquérir vous est bénéfique et si les modifications que vous envisagez de réaliser sont judicieuses.

Au final, vous y gagnerez sur tous les tableaux !

Luc Antoine est architecte, conseiller et formateur en feng-shui ; il est l’auteur de « La Maison-Miroir ou le feng-shui à l’occidentale », paru en 2000 aux éditions de Mortagne et traduit en espagnol, roumain et polonais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + 1 =

error: Content is protected !!